Archivage de modèle 3D

Notre atelier tente de mener un des chantiers du consortium 3D de la TGIR Huma num: l’archivage. Il définit les modalités de l’archivage pérenne pour nos productions scientifiques 3D. Cet article court permet d’en saisir les principes de base.

Les bases de l’archivage

L’archivage pérenne du document numérique a 3 objectifs principaux :

  1. conserver le document = il est enregistré quelque part / le parchemin existe
  2. le rendre accessible = on sait où il est enregistré / on sait où est le parchemin
  3. en préserver l’intelligibilité = on est capable de lire les données / on connaît la langue du parchemin

L’archivage pérenne vise à remplir ces objectifs à très long terme, c’est-à-dire plus de 30 ans :

L’archivage pérenne n’est :

  • ni une sauvegarde
  • ni une technique pour libérer de l’espace disque en local (Hierarchical Storage Manager)
  • ni l’ultime étape du stockage des données avant l’oubli ou la perte définitive.

hsm
Principe du HSM: stocker beaucoup de données, sur une longue période, à faible coût.

Plus d’information sur le site du CINES.

Dans notre cas

Archivage pérenne

En plus des définitions précédentes, le double objectif listé ici permet de mieux cerner ce qu’est l’archivage pérenne.

  1. Il vise à produire des archives historiques
  2. Il n’y a pas d’objectif d’exploitation des données. L’archivage pérenne se distingue des sauvegardes qui sont destinées à être modifiées et des records (norme ISO-15489) qui sont des preuves d’activité(comme les archives d’entreprise par exemple).

Objectif de cet atelier

Nous allons définir dans le cas de l’archéologie 3D :

  1. les données devant être archivées (et ce qui est optionnel)
  2. les modes d’archivages : format de fichier, fichier à créer
  3. les descripteurs (métadonnées) à utiliser

Les technologies prises en compte sont :

  • la photogrammétrie
  • la lasergrammétrie
  • la tomographie ou reconstruction de données volumiques
  • la restitution (dessin 3D) à partir d’archives

Les données

Ce qui doit être archivé dans le cycle de production.
c3darchivagev2

Il faut archiver :

  • les données sources de la 3D
  • les paradonnées : le contexte du projet, faisant le lien entre source et résultat final
  • la dernière version du modèle 3D produit

Le reste est optionnel.

Les formats

Les formats des fichiers sources doivent répondre à certains critères qui en font des standards, garantissant la lisibilité du fichier dans 30 ans.
Le CINES travaille actuellement sur de nouveaux validateurs pour recevoir les fichiers 3D. A terme, voici les formats qui seront acceptés par le CINES :

Données brutes acquises

Les formats marqués d’un étoile (*) ne sont pas encore accéptés.

cas fichier format (extension)
Laser, topographie nuage de points, fichier non compilé Préférer le collada (DAE), sinon: PLY* (ascii)
Photogrammetrie clichés “développés” sans traitements TIFF, DNG
Données volumiques Images en niveau de gris associées à des descripteurs ANALYZE* (HDR+IMG)

Paradonnées

Données de toute sorte: texte, image, etc.
Le CINES met a disposition une liste de formats et un validateur permettant de vérifier que le format des données est correct.

Fichier 3D: version finale

fichier format (extension)
3D finale DAE, PLY*
texture finales GIF, JPEG, TIFF, PNG, SVG

Les descripteurs de données pour archivage

Un ensemble de métadonnées issues des prescriptions du CINES et de nos expériences permettent décrire efficacement les données que l’on dépose.

Les métadonnées sont répartis en 3 grandes catégories:

  • Administratives : relatives à l’ensemble du dépot, elles décrivent les droits, pointent vers un dépot…
  • Archéologiques : relatives à l’ensemble du dépot, elles décrivent l’époque, le lieu, les auteurs…
  • Techniques : elles décrivent chaque fichier, un par un.
    • pour les sources : elles décrivent les photos, les stations laser, les archives utilisées, …
    • pour le modèle 3D final : elles décrivent chaque fichier 3D: sa position, son nom, son apperçu (vignette)…

Production des descripteurs

Un des objectifs du consortium 3D est de proposer des outils pour faciliter la mise en oeuvre de l’archivage. Un de ces outils sera une interface permettant de renseigner tous les descripteurs nécessaires à l’archivage.

Une première version permettra de remplir les descripteurs de façon semi-manuelle. Des exemples ponctueront l’outil afin de guider et aider les utilisateurs dans leur démarche.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *