Summer School CIPA 2016 à Valencia, retour d’expérience

La Summer School du CIPA (The International Committee for Documentation of Cultural Heritage) s’est déroulée en Espagne du 30 août au 4 septembre 2016 au sein du campus de l’université polytechnique de Valence (UPV). La Summer School fut suivie du colloque Arqueologica 2.0 (8th International Congress on Archeology, Computer Graphics, Cultural Heritage and Innovation) du 05  au 07 Septembre 2016.

Environ vingt-cinq personnes étaient présentes à cette semaine de formation à plein temps, en pension complète sur le campus de Valence. Un groupe réunissant des nationalités de toute l’Europe, voir même d’Egypte ou du Canada. Il faut également souligner l’engagement des formateurs de la CIPA Summer School, bénévoles sur la semaine afin de rendre la formation la plus accessible possible aux étudiants, masters et doctorants, qui formaient l’essentiel des troupes.

La première journée fut consacrée à l’approche théorique du relevé 3D et l’enseignement divisé entre les enseignants présents. Le matin Andreas Georgopoulos (NTUA, Athens, Greece) présenta la photogrammétrie et José Luis Lerma (UPV, Valencia, Spain) le scanner laser. L’après-midi Stratos Stylianidis (AUTH, Thessaloniki, Greece) exposa les fondamentaux de la topographie (tachéomètre), Geert Verhoeven (LBI, Vienna, Austria), la photographie et Pierre Grussenmeyer (INSA, Strasbourg, France) quelques cas concrets de productions 3D réalisées à l’INSA de Strasbourg ces dernières années.

Les deuxièmes et troisièmes jours furent consacrés aux relevés (extérieur et intérieur) et au traitement des données avec l’ensemble des encadrants, en plus des précédents déjà cités Fabio Menna (FBK, Trento, Italy), Fabio Remondino (FBK Trento, Italy), Francesco Fassi (Politecnico of Milano, Italy). Erica Nocerino (FBK Trento, Italy) et Isabella Toschi (FBK Trento, Italy) enseignèrent les règles de base du traitement photogrammétrique sous Agisoft Photoscan, suivi d’un travail dirigé sur un cas concret. En fin de journée, José Luis Lerma présenta également les fonctionnalités du logiciel 3D Reshaper.

Acquisition au scanner laser par José Luis Lerma (Photo CIPA)

Les relevés extérieurs furent effectués sur les sculptures contemporaines du parc du campus qui présentaient des formes complexes se rapprochant parfois d’une structure archéologique, comme la pyramide renversée qui fit l’objet d’un relevé à l’aide de plusieurs types de technologies : station totale, appareil photo (photogrammétrie) et scanner laser. Des cibles en carton furent posées sur la pyramide, relevées au tachéomètre et les points furent réintégrés dans le nuage durant le traitement des données, permettant ainsi de réaliser une mise à l’échelle des données et de mieux contrôler la précision.

Relevé topographique par Francesco Fassi (Photo CIPA)

Relevé topographique par Francesco Fassi (Photo CIPA)

L’accent a été également porté sur la réflexion préalablement nécessaire au relevé, en fonction des attentes et objectifs de ce dernier : résolution souhaitée / distance à l’objet nécessaire (calcul du Ground Sampling Distance à la main) et réglage focale/ouverture/vitesse/balance des blancs en photogrammétrie ; résolution, précision et distance nécessaire entre les sphères de recalages pour le scanner laser.

Les deux derniers jours (et nuits) ont été consacrés au traitement des données par groupe de 5 ou 6 où les tâches étaient divisées en fonction des préférences de chacun. L’équipe d’encadrement, présente dans la salle de travail apportant  savoir-faire et conseils durant le traitement des données afin d’utiliser le protocole le plus adapté. Le post-traitement fut réalisé sur des logiciels propriétaires : FaroScene pour les données lasers, Agisoft PhotoScan pour les données photogrammétriques et 3D Reshaper pour les nuages de points et les données maillées.

Post-traitement en cours (Photo CIPA)

Post-traitement en cours (Photo CIPA)

Au sein du groupe, ma tâche fut de travailler sur le relevé laser effectué en intérieur avec un scanner 3D de bureau (NextEngine) sur une tête de statue. Le relevé avait été effectué en groupe sous la direction d’Isabella Toschi et les scans alignés les uns par rapport aux autres au moment de l’enregistrement. Les données furent exportées en maille (nuage de points d’origine non disponible). Le traitement des données fut réalisé sous 3D Resheaper : amélioration de l’alignement des scans, fusion des scans entre eux, bouchage des trous, nettoyage du maillage et premières analyses (mesures, coupes…) sur les logiciels libres CloudCompare et Meshlab. Les différentes étapes du Workflow sont détaillées sur ce billet : https://shs3d.hypotheses.org/2417.

3D modelling sur sculpture (Photo CIPA)

3D modelling sur sculpture (Photo CIPA)

L’efficacité pédagogique de ce type de formation n’est plus à démontrer, mais il va même plus loin dans le sens où la connaissance des outils et des méthodes est diffusée à l’échelle européenne, renforçant les liens entre les multiples acteurs des technologies 3D dans le domaine des « Cultural Heritage ». La seule nécessité pour les Français de faire partie de cette dynamique étant de maîtriser suffisamment la langue anglaise.

Ortho-photo de la pyramide inversée (Photo CIPA)

Ortho-photo de la pyramide inversée (Photo CIPA)


Thomas Pouyet

Doctorant en archéologie à l'université de Tours, je travaille sur l'architecture et l'organisation des abbayes bénédictines de Touraine à l'époque médiévale. J'utilise la lasergrammétrie et la photogrammétrie pour les relevés de bâti.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *