GROPLAN

Photogrammétrie de la cargaison : les amphores, au centre, et des meules en basalte aux extrémités. Campagne Xlendi, 2014. (Photogrammétrie GROPLAN)

Projet GROPLAN: Généralisation du Relevé, avec Ontologies et Photogrammétrie, pour l’Archéologie Navale et Sous-Marine

« À la confluence des Sciences de l’Homme et de l’Informatique, notre projet, dont les champs d’action se situent en archéologie sous-marine et navale, réunit chercheurs, universitaires et industriels, qui travaillent en France, à Malte et aux USA. Notre proposition centrale est la construction d’un système d’information basé sur des ontologies. Ce système d’information fournira un cadre formel et des outils applicatifs permettant d’exprimer et de gérer des contenus numériques et des connaissances expertes de façon homogènes. Notre seconde proposition est la mise en place de méthodes pour la collecte de données terrains et leur intégration au sein du système d’information durant la phase d’acquisition.
Le relevé archéologique est abordé en s’appuyant la confrontation d’un modèle issu d’un important corpus de connaissances formalisées et d’un ensemble très conséquent de données mesurées par photogrammétrie. Dans le contexte sous-marin la photogrammétrie se révèle un outil quasi idéal.
Cette déclinaison du lien mesure/connaissance en photogrammétrie/ontologie s’avère judicieuse, que ce soit dans le cadre de l’archéologie navale, où les mesures possibles sont souvent partielles, ou dans le cadre de l’archéologie sous-marine, où il s’agit de développer des techniques sophistiquées de reconnaissance de formes 3D/2D, pour proposer ou valider des hypothèses de typologie à partir de mesures très précises.
Le projet est fondé sur une campagne de relevé d’une épave profonde à Malte (110m), exceptionnelle, (probablement la plus ancienne épave archaïque de Méditerranée centrale) qui demande une automatisation totale de la phase de relevé à l’aide de robot.
Le relevé de l’état actuel de cette épave se fera de façon automatisé depuis la prise de vue jusqu’à la reconnaissance et la localisation des amphores et autre objets manufacturés visibles sur la couche de surface.
Pour atteindre cet objectif nous développerons une approche originale de la photogrammétrie sous-marine qui sera déployée dans un contexte instrumental spécifique mis en œuvre avec les moyens à la mer de la COMEX. Cette approche photogrammétrique sera supportée par une formalisation des connaissances archéologiques en jeu, tant du point de vue théorique que du point de vue géométrique et un ensemble d’ontologie – métiers sera mis en œuvre afin de supporter et guider le processus de mesure et d’exploitation de cette mesure.
Dans un second temps, nous initierons un processus de généralisation de cette démarche au corpus de l’archéologie navale au travers de cas d’études particuliers. Le lien mesure / connaissance sera étudié dans le cadre de l’archéologie navale en collaboration avec l’Université du Texas qui d’une part a déjà entamé un travail de formalisation des structures de navire et d’autre part conduit depuis de longues années diverses fouilles archéologiques sur ce thème en Méditerranée.
Une ontologie plus complète et détaillée, déjà initié par l’Université du Texas, décrira les éléments structurels du navire étudié et une généralisation du lien mesure / connaissance sera proposé dans le cadre de l’archéologie navale. »

Début et durée 2014- 48 mois

Lire la suite