LARA UMR 6566

Le Laboratoire de Recherches Archéologiques et Architectures

Présentation de l’équipe

Le Laboratoire de Recherches Archéologiques et Architectures relève d’une Unité Mixte de Recherche multisites (UMR6566) qui couvre le Grand-Ouest de la France. Il est localisé sur le campus de la Faculté des Lettres et Sciences de l’Université de Nantes. Il réunit des chercheurs qui appartiennent au CNRS, aux Universités, au Service Régional de l’Archéologie des Pays de la Loire (ministère de la Culture, DRAC), à l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives et à des services archéologiques de collectivités territoriales.

L’essentiel de son activité est centré sur l’étude des sociétés et des architectures anciennes (de la Préhistoire à l’Époque moderne), particulièrement à l’échelle du Grand Ouest de la France. Bien que ses recherches relèvent principalement des Sciences de l’Homme et de la Société, elles se situent aussi à l’interface avec les Sciences de l’Environnement et les Sciences Physiques et Chimiques.

Mise en perspective des pratiques de la 3D au sein de notre laboratoire

Opération de numérisation d’une des tombes à couloir de Mané Kerioned par le constructeur Mensi en 2004 (image : S. Cassen)

Les premières expériences de relevé 3D ont été menées dès le début des années 1990 avec la photogrammétrie par stéréophotos, puis à la fin des années 1990 et début 2000 à travers des contacts établis avec les industriels développant les outils laser. Cependant, les données récoltées ne permettaient pas de répondre aux questions d’enregistrement, de représentation architecturale des supports et de restitution des gravures néolithiques.

Numérisation de la tombe à couloir du Mané Lud

Numérisation de la tombe à couloir du Mané Lud avec P. Martinez (département archéologie de l’École Nationale Supérieure) en 2005 (image : S. Cassen)

À l’occasion de l’Action Collective de Recherche (2004-2007) concernant le site de la Table des Marchands, une nouvelle expérience de numérisation a été conduite en lasergrammétrie. Mais devant les difficultés d’exploitation de ces données, seulement des hypothèses de restitutions et de phasage des événements ont pu être formulées grâce à des représentations simplifiées dans le logiciel SketchUp.

Étude de la Table des Marchands (Locmariaquer, Morbihan)

Étude de la Table des Marchands (Locmariaquer, Morbihan) : vue panoramique de la chambre funéraire issue du nuage de points et modélisation simplifiée des structures dans SketchUp (images : S. Cassen)

La fin de ce projet a déplacé les efforts vers le monument « jumeau » de la Table des Marchands : Gavrinis. Afin de ne pas reconduire les expériences passées, la recherche d’un partenaire déjà familier de ces données tridimensionnelles a conduit à rapprocher le LARA de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes. L’expérience des traitements des nuages de points avait été acquise autour du projet Scénographia. Il s’agissait de produire des maquettes numériques fonctionnelles des cages de scène des théâtres de la région des Pays de la Loire à partir de relevés tridimensionnels (lasergrammétrie) afin de faciliter la production des spectacles. C’est ainsi qu’archéologues et architectes se sont retrouvés autour du programme « À la recherche des représentations d’une tombe à couloir du IVe millénaire : Gavrinis ». Gavrinis est un monument principalement connu pour les motifs qui ornent les parois des structures internes (couloir et chambre funéraire). Deux axes principaux se sont dégagés pendant ce programme : l’affinement des méthodes de documentation de ces signes, et l’exploitation des modèles numériques tridimensionnels pour argumenter les restitutions architecturales.

Synthèse du relevé 3D de Gavrinis

Synthèse du relevé 3D de Gavrinis réalisé en 2011 et des plans réalisés pendant les dernières campagnes de fouilles (1979-1984) conduites par C.-T. Le Roux (image : V. Grimaud)

la dynamique de composition de l'orthostate L6 de Gavrinis

Premières figures illustrant la dynamique de composition de l’orthostate L6 de Gavrinis (image : S. Cassen)

Projet scientifique lié à la 3D

Le prochain projet consiste à développer les thématiques pour constituer un conservatoire numérique des signes gravés à l’intérieur des architectures funéraires néolithiques de la région Bretagne, ce qui représente un corpus volumineux : le dernier recensement (réalisé par E. Shee-Twohig et publié en 1981) fait état de 261 dalles gravées issues de 65 monuments. En raison de l’ampleur du projet, les axes suivants seront investigués :

  1. RECENSER – recenser les sites, puis renseigner une base de données géolocalisées et à construire pour caractériser les objets.
  2. DOCUMENTER – enregistrer et documenter les architectures en 2D et 3D, contextualiser les signes en creux et en relief, et décrire la dynamique de composition (déroulé des entités sémiotiques) ; mais au-delà de ces premiers niveaux de documentation, il convient aussi de renseigner les différents niveaux de préparation des surfaces, ainsi que l’état sanitaire du bloc (zones fragilisées, dépôts minéraux, altérations biologiques, etc.).
  3. LIER LES INFORMATIONS – au-delà des problèmes de représentation liés à la granularité spatiale (la densité de données pour décrire la géométrie des gravures ne peut pas être raisonnablement adoptée pour la description de l’architecture), les données descriptives sont de plusieurs natures : géométries 3D, images, textes… Ces données ne doivent pas simplement être accumulées, mais être mises en relation les unes avec les autres de manière à former un corpus cohérent et interrogeable par la suite afin de conduire de futures analyses croisées.
  4. CARACTÉRISER LES SURFACES – il s’agit de décrire les différents états de surface en expérimentant d’une part les différentes phases de préparation, et d’autre part en les documentant en créant une bibliothèque qui permette de qualifier la texture de la surface et de quantifier le travail nécessaire (temps de préparation, matière enlevée, etc.). Ce travail d’expérimentation permettra de faciliter l’identification des différents niveaux de préparation en donnant la possibilité de se référer à un catalogue documenté.
  5. EXPOSER – le dernier volet concerne la diffusion des résultats, tant vers le public que vers la communauté scientifique, à travers un site internet. Nous émettons aujourd’hui l’hypothèse que le public est demandeur d’explication sur ces objets, et qu’il demande à être acteur de sa propre découverte. Plutôt que de délivrer un message appauvri, nous souhaitons offrir l’ensemble des documents intermédiaires à la consultation de manière à ce que le visiteur puisse reconstituer la démarche scientifique qui a conduit à l’interprétation proposée, et de manière à ce que tout collègue puisse vérifier les résultats produits. Le projet consiste donc aussi dans la mise en place d’un outil de visualisation suffisamment flexible pour afficher différents niveaux d’informations qui pourront être moissonnés différemment.

Dans l’immédiat, la question du temps n’est pas abordée car le projet ne s’attache qu’à la description de l’état actuel des architectures funéraires néolithiques. A terme cependant, il devra pouvoir être suffisamment flexible pour que cette nouvelle dimension puisse également être prise en compte.


En savoir plus sur le Laboratoire LARA-Polen

Contact

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *