ArchXanth

Recherche archéologique et épigraphique à l’ère des humanités numériques : un projet scientifique franco-québécois d’archivage, de valorisation et de diffusion du savoir

La collaboration franco-québécoise dans le cadre du projet ArchXant est le continuum naturel d’une association scientifique féconde initiée en 2000, en Turquie. ArchXanth entend répondre aux défis que représentent la collecte, l’indexation, la conservation, la valorisation et la mise en open access des archives d’une mission archéologique aujourd’hui éteinte (Xanthos-Létôon), mais dont les activités de recherche et de publication sont appelées à se poursuivre de nombreuses années. Le projet se trouve ainsi au cœur de problématiques nouvelles qu’affronte aujourd’hui le monde des archéologues et des épigraphistes : comment préserver pour les futurs chercheurs des archives archéologiques fragiles et des incunables? Comment garantir la valeur scientifique de savoirs promis à une large diffusion? Quelles méthodes interactives imaginer pour partager ces savoirs avec le plus grand nombre? Comment conserver les données-sources numérisées ou Big Data? ArchXanth mènera à la création d’une plateforme internet dédiée tant à l’archivage numérique de la documentation de fouille qu’à sa diffusion, depuis le cercle restreint des spécialistes jusqu’au grand public. Un environnement convivial offrira aux chercheurs et aux étudiants publications et bases de données numériques augmentées de commentaires critiques des archives. Le recours aux technologies 3D permettra en outre d’offrir des modélisations d’édifices assistées d’outils pédagogiques interactifs (e.g. Monument des Néréides), tout comme des numérisations 3D des estampages permettant, de plus, la relecture non intrusive des exemplaires du XIXe siècle. Ce projet s’inscrit dans la tendance la plus actuelle des recherches archéologiques en Méditerranée, région à la richesse culturelle inégalée mais perturbée par d’incessants conflits. Au cœur des préoccupations de grands organismes voués à la sauvegarde du patrimoine mondial tel l’UNESCO, dont Xanthos est l’un des sites, le projet ArchXant offre des solutions résolument tournées vers l’avenir à des problèmes qui touchent le passé. La formation de la relève scientifique, autre défi majeur dans nos disciplines, se fera à travers l’encadrement de jeunes chercheurs de masters ou de doctorat dans ce qui constitue aujourd’hui les bonnes pratiques en SHS. Enfin, l’hébergement d’ArchXanth par la TGIR HumaNum garantira la pérennité de l’opération, tant sur le plan de la conservation des données que sur celui de leur dissémination.

Lire la suite