Axe 1 : Technologie, Recherche et Développement

Porteur : MAP (UMR 3495)

Co-porteur : Archéovision (UMS 3657 ) , LS2N (UMR 6004)

Dans le cadre de cet axe à dominante technique, l’accent sera mis sur l’approfondissement des connaissances et le développement de nouveaux outils qui permettent de repousser les limites actuelles, sur l’ensemble de la chaine opératoire ; de l’acquisition, à la visualisation, la manipulation des données 3D jusqu’à leur enrichissement (géométrique, visuel et sémantique).

Le CST3D a livré cette année un important document intitulé « Cahier des charges » qui propose un état de l’art du domaine et peut constituer l’ossature de cet axe. En complément, celui-ci pourra s’appuyer le référentiel technique déjà élaboré au sein du livrable « Matériels et logiciels », et permettra de poursuivre la veille technologique tout au long du second exercice. Les résultats de ce travail fourniront d’importantes données sur l’évolution des moyens et des pratiques sur huit années, un temps déjà long pour une activité caractérisée par le dynamisme exceptionnel d’une offre en perpétuel renouvellement.

L’axe technique offrira l’opportunité de développer des collaborations avec des laboratoires en sciences du numérique et des entreprises privées (éditeurs de logiciels, hébergeurs de contenus, fabricant de hardware, …) pour concevoir et mettre au point de nouveaux outils et explorer des modèles économiques innovants. En particulier, on s’intéressera à l’identification et au développement de solutions pour l’analyse des données (aspects qualitatifs et quantitatifs) tout en s’articulant aux questions d’intéroperabilité des formats et des chaines opératoires d’acquisition.

Cet axe fournira également le cadre à l’amélioration des passerelles entre les différentes technologies d’acquisition 3D, en s’ouvrant plus particulièrement à leur croisement avec des pratiques émergentes en terme de manipulation, de visualisation et de gestion de données massives et/ou complexes (annotation sémantique, spatialisation, SIG, tomographie, thermographie, images multispectrales, impression 3D, interactions homme-machine, méthodes d’apprentissages…). Cet axe 1 viendra alors définir les usages des modèles de données préconisés par l’axe 3 sur la pérennisation des connaissances. Le croisement des différentes technologies, qui de plus est dans un contexte pluridisciplinaire, offre d’importantes opportunités de développements et d’ouvertures vers des usages en devenir que cet axe aura pour objectif d’explorer, d’éliciter et d’expliciter.

Epistémè technologique

Parce que les pratiques de la 3D pour le patrimoine culturel deviennent intrinsèquement multimodales (collecte de données hétérogènes provenant de différentes techniques ou technologies) et non-linéaires (répétition des relevés dans le temps, réutilisation de campagnes/données existantes), les chaînes de production de contenus 3D se complexifient. Ce sous-axe aura pour objectif de dresser un état des lieux, tant matériels et logiciels que méthodologique, sur les modalités de création et d’exploitation des modèles 3D. Les réflexions et travaux autour de cette thématique devront permettre de :

  • Mettre à jour les connaissances sur les protocoles d’acquisition, de traitement et d’analyse (qu’ils soient manuels, supervisés, assistés, automatisés…).
  • Comparer l’apport « cognitif » des différentes technologies et leur parcours d’appropriation au sein d’une communauté de l’objet numérique patrimoine en pleine diversification.
  • Identifier et évaluer les technologies émergentes en les replaçant dans un contexte d’étude scientifique .

Recherche et développement

Les modalités tant pratiques que théoriques de constructions et d’exploitation d’un objet numérique patrimonial évoluent, s’enrichissent et se renouvèlent en partant de la recherche et se développent pour répondre à des applications protéiformes. Ce sous-axe sera le lieu d’échanges, d’analyse et de synthèse sous forme d’atelier de ce qui relève de l’état de l’art dans les champs disciplinaires gravitant autour de la 3D ou des humanités numériques comme des sciences informatiques. Les réflexions et travaux de cette thématique aborderont des sujets tels que :

  • L’enrichissement sémantique (dans un contexte pluridisciplinaire).
  • L’intégration des multiples échelles de représentations (du fragment archéologie au territoire).
  • L’articulation des représentations 3D avec d’autres médias (multimodalité, interopérabilité, etc) .
  • L’émergence des nouveaux scenarii de productions (e.g. collecte & annotation participative) .
  • Les moyens d’analyse et de visualisation de données complexes (e.g. visual analytics) .
  • Les procédés expérimentaux et hybrides (e.g. réalité augmentée et mixte sur impressions 3D, fabrication de maquettes physiques interactives, …)

Il s’agit là de se positionner en avance de phase sur les axes 2, 3 et 4 en proposant de nouvelles modalités d’usages qui sont à l’état embryonnaire ou expérimental et qui pourront être mis en production dans les axes 2 et 3 et diffuser dans l’axe 4.