Axe 3- Cycle de vie, interopérabilité et pérennisation des données

Porteur : LS2N (UMR 6004)

Co-porteur: Archéovision (UMS 3657) , MSH Val de Loire

Les travaux menés dans le cadre du 3ème axe seront centrés sur différents aspects de la gestion des données (PGD) et de leur cycle de vie. Après avoir exposé et discuté les technologies dans l’axe 1 et l’exploitation des données dans l’axe 2, de nombreuses questions restent ouvertes, notamment avec l’extension au-delà du domaine du patrimoine.

Cet axe ambitionne de travailler sur l’ensemble du cycle de vie des données 3D afin de venir en support tant à la capitalisation qu’à l’exploitation des données. Afin de permettre cette interopérabilité totale, les recherches viseront à proposer des meta-modèles structurant tant les données 3D que les informations connexes issues de l’acquisition ou des résultats des analyses. Cet axe 3 envisage de travailler avec le monde industriel pour développer des technologies de pointes dans ce domaine.

Quels schémas de métadonnées ? Quelles possibilités d’enrichissement sémantique des modèles ? quelles passerelles entre masse de données (big data) et 3D ? Le CST3D.2 pourrait, sur ce thème, prolonger la collaboration initiée en décembre 2016 avec le projet européen PARTHENOS. La création du Conservatoire 3D pourra alors devenir la plateforme de gestion des données SHS 3D. Les multidonnées hétérogènes pourraient être enrichies sémantiquement par l’annotation virtuel pour justifier les hypothèses.

Avec 3 thèmes transversaux « outils, application & métiers », le Conservatoire 3D permettra de perpétuer le questionnement sur la pérennisation des travaux : Comment nos données seront-elles réexploitables par les générations futures ? Comment limiter la perte de savoir ? Quelles données sont réellement nécessaires ? Que doit-on archiver, sous quelle forme et avec quelles explications ? Comment transmettre la « chaine de réflexion » de l’axe 2 ?

C’est ainsi que l’archivage pérenne a fait l’objet d’importants travaux dans le cadre du CST3D.1. Un premier dépôt de modèle au CINES doit être très prochainement réalisé, fruit de la collaboration entre Huma-Num, le CST3D et Archéovision. C’est un événement important et très attendu par l’ensemble de notre communauté. Il convient de poursuivre l’effort et de l’accompagner. L’absence de garanties concernant la conservation à long terme des données numériques et en particulier 3D constitue à l’évidence un frein majeur à l’intégration de ces technologies aux outils des chercheurs SHS (tout particulièrement lorsqu’ils travaillent sur des temps très longs et avec des sources anciennes, comme les archéologues). L’atelier archivage poursuivra donc ses travaux dans le cadre de l’axe 4, et développera ses relations avec divers partenaires actifs dans ce domaine (Ariadne, MASA, ADS (Archeological data service), Consortium OGC (Open Geospatial Consortium).

Une dernière problématique induite du stockage des modèles numériques est celle du statut et de la propriété de l’objet : l’objet numérique n’est pas nécessairement figé, il est possible de le copier, de conserver un état ou des états spécifiques du modèle…

La question de la transmission des données passe également par une meilleure définition des règles juridiques qui encadrent notre production : droit à l’image des monuments ou des paysages, propriété intellectuelle ou artistique des modèles, diffusion, publication… Des contacts ont été pris dans le cadre du CST3D.1 et il est très souhaitable de disposer prochainement d’un point précis sur le statut juridique des modèles 3D.